Philosophie politique

La naissance de l’humanisme

L’humanisme est le mouvement d’idées européens qui à partir du XVième siècle plaça la personne humaine et la dignité de l’individu au-dessus de toutes les valeurs humaines. Sa particularité est d’avoir remplacé la nature et la tradition par l’humain comme mesure du juste et d’avoir fondé le droit naturel non plus sur l’ordre du monde mais sur la nature de l’être humain. Il a émancipé l’humanité conçue comme subjectivité souveraine n’obéissant qu’aux lois engendrées par elle et se dévouant aux seules valeurs crées par elle. Il a initié une nouvelle philosophie politique qui va être fondée non plus sur l’ordre cosmique ou la divinité mais sur l’être humain lui-même. Le pacifisme, la liberté, l’esprit d’œcuménisme et parfois de cosmopolitisme, l’amour du peuple et la volonté d’équilibre et d’harmonie entre les pouvoirs seront des traits communs à tous les humanistes du xve et du xvie siècle. Ainsi, l’humanisme représentera un progrès considérable dans l’histoire de la pensée. L’historien Augustin Renaudet le qualifiera d’éthique exaltant la grandeur du genre humain et la puissance de sa création et opposant sa force à la force brute de la nature inanimée.